La qualité des concentrés plaquettaires demeure élevée après sept jours d’entreposage

Auteurs : Katherine Serrano, Ph. D., Peter Schubert, Ph. D. et Dana Devine, Ph. D.
Date de publication en ligne : septembre 2017

Contexte

En août 2017, la Société canadienne du sang a modifié sa procédure d’analyse des concentrés plaquettaires afin de mieux détecter la contamination bactérienne. En plus d’améliorer l’innocuité des plaquettes préparées par la Société, ce changement a permis de faire passer la durée de conservation des plaquettes de cinq à sept jours, ce qui facilite la gestion des réserves.

Comme plusieurs processus biologiques se poursuivent pendant l’entreposage, ce changement soulevait une importante question : les deux jours d’entreposage supplémentaires altèrent‑ils la qualité des plaquettes de façon significative? Pour le savoir, nos chercheurs ont examiné les paramètres de qualité des plaquettes in vitro. Ils ont pris des concentrés plaquettaires préparés selon la méthode d’extraction de la couche leucoplaquettaire, les ont entreposés selon les conditions standard (entre 20 et 24 °C, agités doucement), puis les ont analysés à cinq jours d’entreposage et à sept jours. Ils ont procédé de la même façon pour les plaquettes d’aphérèse et ont observé des tendances similaires (données non présentées). Pour plus d’informations sur les méthodes de production des plaquettes de la Société canadienne du sang, consulter le chapitre sur les composants sanguins de notre Guide de la pratique transfusionnelle.

Les chercheurs ont évalué la qualité des plaquettes en examinant la concentration, le volume et le métabolisme ainsi que des marqueurs d’activation et de réactivité.

Concentration, volume et métabolisme des plaquettes

La concentration indique le nombre de plaquettes dans le sac d’entreposage. Le glucose, le lactate et le pH traduisent l’activité métabolique des plaquettes dans le sac. Lorsque les plaquettes entreposées sont actives sur le plan métabolique, il y a consommation de glucose, lequel devrait alors diminuer, et production de lactate, lequel augmente.

Tableau 1 : Concentration, volume et marqueurs des plaquettes de la couche leucoplaquettaire à cinq jours d’entreposage et à sept jours.

 
  Quality parameter Day 5 Day 7 n
Cellulaire

Concentration plaquettaire (x 109/l)

821 ± 79 825 ± 109 26
Taille des plaquettes (fL) 8,6 ± 0,3 8,6 ± 0,3 13
Métabolisme

Glucose (mM)

14,6 ± 1,4 13,4 ± 1,3* 26
Lactate (mM) 12,2 ± 0,8

15,7 ± 1,3*

26
pH 7,24 ± 0,07 7,19 ± 0,08* 26

Le tableau présente les valeurs moyennes ± l’écart-type.

* Valeur p < 0,05, jour 5 versus jour 7, test de Student pour échantillons appariés.

Principales observations

  • La concentration et le volume moyen des plaquettes dans les sacs sont demeurés constants au cours des deux jours additionnels d’entreposage.
  • Les taux de glucose et le pH ont diminué entre le jour 5 et le jour 7, tandis que les taux de lactate ont augmenté.

Activation et réactivité des plaquettes

On sait que plus les plaquettes sont entreposées longtemps, plus elles s’activent. Il était donc important d’évaluer l’état d’activation des plaquettes entreposées depuis sept jours par rapport à celles entreposées depuis cinq jours. Les chercheurs ont utilisé plusieurs mesures pour effectuer cette évaluation. Le marqueur CD62P est un indicateur de dégranulation, laquelle est associée à l’activation plaquettaire; la positivité du CD62P est en corrélation avec le pourcentage de plaquettes qui se sont activées. Les plaquettes changent au moment de leur activation : d’une forme discoïde lisse au repos, elles deviennent sphéroïdales et épineuses lorsqu’elles sont activées (voir l’illustration ci-dessous). Le score morphologique est un indicateur de ce changement de forme; il varie entre 100 (toutes les plaquettes sont activées) et 400 (toutes les plaquettes sont au repos). L’indice de tournoiement indique l’intensité du miroitement des plaquettes dans le sac lorsque celui-ci est remué; ce miroitement est influencé par la morphologie des plaquettes. L’indice de tournoiement s’étend de 1 (aucun miroitement, signifie une activation plus élevée des plaquettes) à 4 (beaucoup de miroitement, ce qui indique une faible quantité de plaquettes activées). Le degré de changement de forme indique la réactivité des plaquettes à l’adénosine diphosphate (ADP), un agoniste qui fait en sorte que les plaquettes en forme de disque deviennent sphériques. Un faible degré de changement de forme indique que beaucoup de plaquettes sont déjà sphéroïdales (activées) et que, par conséquent, elles ne changent pas de forme.

Tableau 2 : Indicateurs d’activation et de réactivité des plaquettes de la couche leucoplaquettaire à cinq jours et à sept jours d’entreposage.

 
  Paramètres de qualité Jour 5 Jour 7 n
Activation

CD62P (% positif)

33 ± 4 38 ± 4* 26
Score morphologique (échelle de 100 à 400) 243 ± 13 231 ± 14* 4

Indice de tournoiement (échelle de 1 à 4)

2,5 ± 0,8 2,0 ± 0,9* 13
Réactivité

Degré de changement de forme (%)

34 ± 11 28 ± 7* 13

Le tableau présente les valeurs moyennes ± l’écart-type.

* Valeur p < 0,05, jour 5 versus jour 7, test de Student pour échantillons appariés.

Principales observations

  • L’activation plaquettaire a augmenté, comme le montrent la positivité accrue du CD62P et une baisse du score morphologique et de l’indice de tournoiement.
  • La réceptivité des plaquettes a diminué, comme l’indique la diminution du degré de changement de forme en réponse à un agoniste.

Que signifient ces changements?

Tous les changements observés étaient mineurs et correspondaient aux effets connus de l’entreposage des plaquettes. La concentration de plaquettes dans le sac est demeurée constante entre le jour 5 et le jour 7, ce qui signifie le maintien de la numération plaquettaire, un paramètre servant au contrôle de la qualité. La diminution du glucose et l’augmentation du lactate, ainsi que la baisse du pH, montrent que les plaquettes sont demeurées actives sur le plan métabolique entre le jour 5 et le jour 7. Le pH est resté bien à l’intérieur des limites imposées par l’Association canadienne de normalisation1. L’activation des plaquettes augmente pendant toute la durée de l’entreposage, comme le montrent le déclin progressif du score morphologique, de l’indice de tournoiement et du degré de changement de forme, et la positivité accrue du CD62P.

Pour la plupart des variables, la différence entre le jour 5 et le jour 7 était moins importante que l’écart-type observé. Considérant qu’il a été démontré cliniquement que les plaquettes entreposées pendant six ou sept jours sont d’une efficacité équivalente à celles entreposées pendant cinq jours ou moins2, il est peu probable que ces changements mineurs occasionnent une différence fonctionnelle quelconque dans le comportement des plaquettes. Les concentrés plaquettaires continuent de répondre à tous les critères en matière de qualité.

Critères de qualité pour la production de plaquettes de la couche leucoplaquettaire par la Société canadienne du sang 1, 3

 

Numération plaquettaire : ≥ 240 × 109 dans au moins 75 % des unités analysées

pH : entre 6,4 et 7,8 dans au moins 95 % des unités analysées après la péremption

Déleucocytation : < 5 x 106 leucocytes résiduels dans toutes les unités analysées

Stérilité : aucune croissance dans toutes les unités analysées après la péremption

Volume : ± 10 % du volume indiqué sur l’étiquette de toutes les unités analysées

 

En quoi ces données peuvent-elles influencer la pratique clinique?

Les facteurs étudiés ici sont des marqueurs types de qualité utilisés pour analyser les plaquettes dans les laboratoires de recherche; ils ne prédisent pas avec exactitude les résultats d’une transfusion de plaquettes pour le patient4,5. De plus, bien que l’essai clinique de MacLennan et al2 ait révélé que la qualité des plaquettes âgées de six ou sept jours n’était pas inférieure à celle des plaquettes de cinq jours ou moins, il a été réalisé au Royaume-Uni et non au Canada. Comme les méthodes de production du Royaume-Uni sont identiques aux méthodes canadiennes, on s’attend tout de même à ce que les concentrés plaquettaires aient une efficacité clinique similaire. Ainsi, la nouvelle procédure de détection bactérienne qui permet une durée de conservation de sept jours devrait accroître l’innocuité des concentrés plaquettaires, alléger la pression sur les réserves et réduire le gaspillage lié à l’expiration des produits.

Documents connexes

Bonnes pratiques d'utilisation et de gestion des plaquettes

Guide d'inspection visuelle

Méthode de production des composants par extraction de la couche leucoplaquettaire

Remerciements

Les auteurs remercient Rob Romans, B. Sc., ART, pour ses conseils sur le contenu de cet article, de même que Kendra Hodgkinson, Geraldine Walsh et Sophie Chargé, détentrices d’un doctorat et membres de l’équipe de mobilisation des connaissances du Centre d’innovation, pour leur aide dans la rédaction du présent document.

Références

1. Association canadienne de normalisation. Norme Z902-15 : Sang et produits sanguins labiles, Groupe CSA, 2015.
2. MacLennan S, Harding K, Llewelyn C, Choo L, Bakrania L, Massey E, Stanworth S, Pendry K, Williamson LM. A randomized noninferiority crossover trial of corrected count increments and bleeding in thrombocytopenic hematology patients receiving 2- to 5- versus 6- or 7-day-stored platelets. Transfusion 2015; 55: 1856-65.
3. Société canadienne du sang. Circulaire d’information sur l’utilisation de composants sanguins humains : plaquettes mélangées (CPD) PD et plaquettes d’aphérèse, Ottawa (Ontario), Société canadienne du sang, 2017.
4. Devine DV, Serrano K. The platelet storage lesion. Clin Lab Med 2010; 30: 475-87.
5.  Kelly AM, Garner SF, Foukaneli T, Godec TR, Herbert N, Kahan BC, Deary A, Bakrania L, Llewelyn C, Ouwehand WH, Williamson LM, Cardigan RA. The effect of variation in donor platelet function on transfusion outcome: a semirandomized controlled trial. Blood 2017; 130: 214-20.