Les anticorps anti-Lewis

Auteures : Dres Sophia Peng et Danielle Meunier
Publié en mars 2019
Principaux destinataires de cette ressource : technologues de laboratoire médical travaillant en milieu hospitalier, médecins spécialistes de la médecine transfusionnelle (sélection des produits sanguins à transfuser aux patients).

Introduction

Les anticorps anti-Lewis – anti-Lea, anti-Leb ou anti-Leab – sont des anticorps dirigés contre les antigènes Lewis. Ces antigènes sont des glycoprotéines que l’on retrouve à la surface de plusieurs types de cellules et qui sont sécrétés dans divers liquides biologiques. Parce que les antigènes Lewis se retrouvent dans différents types de tissus, ils sont considérés comme un groupe histosanguin, au même titre que le système ABO et l’antigène H. Ces antigènes circulants sont adsorbés par les globules rouges sur leur membrane. À l’instar du système ABO, l’oligosaccharide précurseur du système Lewis peut être facilement modifié par une enzyme fucosyltransférase autosomique dominante (FUT3), comme cela est illustré dans le schéma ci-dessous. La combinaison du gène Lewis (FUT3) et du gène sécréteur (FUT2) donne trois phénotypes principaux : Le(a), Le(b) et Le(a-b-). Le phénotype Le(a+b+), également possible, concerne généralement les personnes originaires de l’Asie orientale qui présentent un phénotype sécréteur faible.

 

Image : Hu D, et coll. Gastroenterology. 2014;29(10):1778-85.

Figure 1 : Schéma simplifié de la relation entre le système Lewis, le système ABO et l’antigène H. Chez les non sécréteurs (absence de l’enzyme FUT2), l’antigène Lea se forme par ajout d’un résidu de fucose au précurseur H. Chez les sécréteurs (présence de l’enzyme FUT2 active), l’antigène H contenu dans les sécrétions est modifié par l’enzyme FUT3 pour former l’antigène Leb. Les personnes possédant un phénotype Le(a-b-) ne possèdent pas d’enzyme FUT3 active, et peuvent être de type sécréteur ou non sécréteur – en fonction de l’enzyme FUT2 – sans que cela se reflète au niveau du phénotype.

Les anticorps anti-Lea, anti-Leb et anti-Leab sont relativement communs. Ils sont en général naturellement présents dans l’organisme – c’est-à-dire que leur présence n’est pas due à une exposition à des hématies dans le cadre d’une transfusion ou d’une grossesse –, mais peuvent également être stimulés. Qu’ils soient naturels ou non, il s’agit principalement d’anticorps de type IgM associés à du matériel IgG, que l’on retrouve le plus souvent chez les personnes présentant un phénotype Lewis négatif ou Le(a-b-). Dans de très rares cas, l’anti-Lea peut correspondre à un anticorps de type IgG pur.

Prise en charge des patients : analyses prétransfusionnelles

Dans un contexte transfusionnel, les anticorps anti-Lea, anti-Leb et anti-Leab n’ont presque jamais d’importance clinique. Dans de rares cas, l’anti-Lea – le plus souvent – a été associé à des réactions transfusionnelles hémolytiques. Ce qui peut être dû à trois phénomènes : 1) en raison de la prédominance des IgM, les anticorps sont généralement inactifs à la température du corps, 2) comme l’antigène est beaucoup sécrété, les antigènes présents dans le plasma du donneur neutralisent les anticorps du receveur et 3) les cellules transfusées se débarrassent facilement de leur antigène, ce qui fait que les antigènes membranaires du donneur correspondent au phénotype du receveur.

En général, les anticorps anti-Lea, anti-Leb et anti-Leab ne sont pas associés à la maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né. Ils sont souvent détectés dans le sérum prénatal, car les femmes enceintes ont tendance à les perdre pendant la grossesse, ce qui leur confère un phénotype Le(a-b-) temporaire associé à la capacité de fabriquer des anti-Lea, des anti-Leb et des anti-Leab jusqu’au retour de leur phénotype normal, aux alentours de six semaines après l’accouchement. Toutefois, ces anticorps étant principalement de type IgM, ils ne traversent pas facilement la barrière placentaire. Enfin, bien que les antigènes Lewis puissent être présents dans le sérum des nouveau-nés, ils ne s’expriment pas à la surface des globules rouges du fœtus ou du nouveau-né.

Les anticorps anti-Lewis sont en général de type IgM. Ils sont habituellement plus réactifs à température ambiante (phase de centrifugation immédiate). Ils peuvent présenter un risque transfusionnel lorsqu’ils sont présents dans l’échantillon de sang prétransfusionnel d’un patient (test indirect à l’antiglobuline, à 37 ºC). Toutefois, il n’est pas nécessaire de transfuser du CGR dépourvu de l’antigène en question; il suffit de transfuser du CGR compatible (test indirect à l’antiglobuline, à 37 ºC).

Patients drépanocytaires

S’agissant des patients drépanocytaires ne possédant pas d’anticorps, la plupart des directives préconisent la transfusion d’unités de CGR Rh et K (KEL1) compatibles. Pour ceux qui ont déjà possédé ou possèdent un ou plusieurs anticorps, il est souvent recommandé de transfuser des unités de CGR ayant un phénotype et un génotype compatibles – Rh, K, Kidd et système sanguin Duffy, et antigènes S/s. En cas d’apparition d’un anti-Lea, d’un anti-Leb ou d’un anti-Leab chez un patient drépanocytaire, il convient de transfuser des unités dépourvues de l’antigène et entièrement compatibles avec les phénotypes Rh et Kell du patient. En effet, compte tenu des risques élevés d’hyperhémolyse chez ces patients, les unités de CGR doivent être entièrement compatibles avec les profils des antigènes et des anticorps des patients.

Associations avec d’autres maladies

  • L’antigène Leb est un récepteur épithélial gastrique de Helicobacter pylori.
  • Les antigènes Lewis s’expriment dans le tissu rénal, en particulier dans l’épithélium du tube distal et dans l’endothélium vasculaire. Bien que plusieurs études aient mis en cause les anticorps anti-Lewis dans l’échec d’allogreffes rénales chez des receveurs présentant un phénotype Le(a-b-), il n’y a pas suffisamment de données pour faire des antigènes Lewis des marqueurs d’histocompatibilité courants.

Références

1.  Cooling L. Chapter 12: ABO, H, and Lewis Blood Groups and Structurally Related Antigens; The Lewis system. In: Fung M, Grossman B, Hillyer C, Westhoff C, editors. Technical Manual, 18th Ed. Bethesda: AABB; 2014. p. 304-6.
2.  Reid M, Lomas Francis C and Olsson M. The Blood Group Antigens Facts Book. 3rd Ed. San Diego: Elsevier Science & Technology; 2012. Section II: The blood group systems and antigens; Lewis Blood Group System. p. 347-59.
3.  Daniels G. Human Blood Groups 3rd ed. Oxford: Wiley-Blackwell; 2013. Chapter 2, ABO, H and Lewis Systems, 2.17: Lewis Antibodies. p. 60-62.
4.  Milkens C, Berryman J, Cantwell C, et al. for BCSH. Guidelines for pre-transfusion compatibility procedures in blood transfusion laboratories. Transfus Med. 2012 Dec 06;23(1):1-71 https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1365-3148.2012.01199.x
5.  Davis BA, Allard S, Qureshi A, et al. Guidelines on red cell transfusion in sickle cell disease. Part I: principles and laboratory aspects. Br J Haematol. 2016 Nov 07;176(2):145-330. http://www.b-s-h.org.uk/guidelines/guidelines/red-cell-transfusion-in-sickle-cell-disease-part-l/
6.  The Canadian Haemoglobinopathy Association. Transfusion. In: Consensus Statement on the Care of Patients with Sickle Cell disease in Canada. Version 2.0. Ottawa; 2015. p. 12-20. http://sicklecellanemia.ca/pdf_2016/CANHAEM.pdf .